Concert avec Michaël Lonsdale !

Exceptionnel moment de culture : l'acteur Michaël LONSDALE, César du meilleur acteur pour le film "Des hommes et des dieux" vient à Contz-les-Bains pour un concert exceptionnel et unique de textes lus sur des musiques improvisées au piano et à l'orgue. A ne pas rater, d'autant que l'entrée est libre et les places sont limitées.De plus une présentation et dédicace du CD sera dédicacé par l'acteur ! ne manquez pas cet évènement !

Michaël Lonsdale, acteurDimanche 19 mai 2013, 17h00 : récitant, piano et orgue

  • Michaël Lonsdale, récitant - comédien, metteur en scène, césar du meilleur second rôle ("Des hommes et des Dieux")
  • Père Vincent-Marie, orgue - organiste titulaire de l'orgue de l'Abbaye d'Ourscamp (Oise)
  • Laurent-Martin Schmit, piano - organiste titulaire de l'orgue de Contz-les-Bains

Les + : vente/dédicace du disque "Improvisations à quatre mains" (improvisations par Père Vincent-Marie, Laurent-M. Schmit sur des textes lus par Michaël Lonsdale - enregistré à l'Abbaye d'Ourscamp en juillet 2011)

vente/dédicaces CD le 19 mai

Michaël Lonsdale, récitant

Michaël Lonsdale, acteur

Il naît à Paris d'une mère française et d'un père militaire anglais. Sa grand-mère maternelle était irlandaise. Peu après sa naissance, la famille Lonsdale déménage vers Guernesey puis part à Londres en 1935. Ils rejoignent le Maroc à partir de 1939. Il anime des émissions enfantines sur Radio-Maroc dès 1943. Revenu en France en 1947, il rencontre Roger Blin qui lui fait découvrir le théâtre. Il suit le cours de théâtre de Tania Balachova. À 22 ans, il demande à être baptisé dans la foi catholique. La francisation de son prénom - en Michel - provient de l'acteur belge Raymond Rouleau qui ne parvenait pas à prononcer correctement Michael. C'est grâce aux deux rôles offerts par François Truffaut dans La Mariée était en noir et Baisers volés qu'il se fait un nom au cinéma. Il a tourné dans des films dits d'avant-garde (films de Marcel Hanoun) comme dans des productions hollywoodiennes (Munich de Steven Spielberg). Dans sa carrière, il a aussi bien joué pour des metteurs en scène comme Orson Welles, François Truffaut, Joseph Losey, Louis Malle, Luis Buñuel, Jean-Pierre Mocky ou Jean Eustache que joué au théâtre des textes contemporains (Dürrenmatt, Beckett, Duras...) et participé à des films grand public, dont un James Bond, Moonraker en 1979, dans le rôle du méchant ou la comédie Ma vie est un enfer de Josiane Balsko, ainsi qu'à des téléfilms. Il rencontre Michel Puig et ensemble ils fondent en 1972 le Théâtre musical des Ulis, compagnie de théâtre musical subventionnée par le ministère de la Culture. Michael Lonsdale a également mis en scène de nombreux textes, dont parmi les plus récents Marie Madeleine des Frères Martineau et La Nuit de Marina Tsvetaeva de Valéria Moretti en 2001. Michael Lonsdale a aussi prêté sa voix à la lecture de grands textes de littérature et de philosophie, ainsi qu'à Erik Satie au sein des Maisons Satie d'Honfleur. Depuis 2001il est un des présidents d'honneur du jury du prix Marguerite Duras, auteur et réalisatrice avec laquelle il a beaucoup tourné. L'année suivante, il fait la mise en scène de la comédie musicale Marie-Madeleine des frères Martineau dans laquelle Nicole Rieu tient le rôle principal. Il met en scène en 2010 un spectacle sur Soeur Emmanuelle, après d'autres spectacles sur Thérèse de Lisieux et François d'Assise.Le 25 février 2011, il remporte le premier César de sa carrière en tant que meilleur second rôle masculin pour "Des hommes et des dieux". En 2011, il est l'invité d'honneur du festival Paris Cinéma. À cette occasion, il donne une leçon de cinéma avec Jean Douchet.

Père Vincent-Marie, orgue

Père Vincent-Marie, orgue

Père Vincent-Marie est né en avril 1958 à Epernay (Marne), au cœur du vignoble champenois. Dès l'âge de quatre ans, il montre beaucoup d'intérêt pour la musique. Il se passionne pour le piano qu'il apprend d'abord en autodidacte, avant de recevoir des cours et une formation de solfège. A seize ans, il découvre l'orgue à tuyaux. Saisi par la beauté de cet instrument prodigieux, aux sonorités multiples, il prend ses premières leçons avec jean Collard, titulaire des orgues de Notre-Dame d'Epernay, auprès duquel il découvre la technique de l'orgue, l'improvisation et l'art d'unir la musique à la prière. En 1975, il entre au Conservatoire National de Région de Reims où il accède à une formation musicale complète. Reçu à la classe d'orgue et grâce à la pédagogie de son nouveau maître Arsène Muzerelle, il obtient favorablement les différents concours dont une licence et un prix d'orgue en 1980. Puis il enseigne la musique et offre durant quelques années ses services d'organiste tant à Reims qu'aux orgues Cavaillé-Coll de sa ville natale. En 1982, il entre dans la famille religieuse des Serviteurs de Jésus et de Marie, fondée en 1930 par le Père Jean-Edouard Lamy et reconnue de droit diocésain en 1948. Celle-ci a pour mission principale l'évangélisation des jeunes, qu'elle accomplit à travers la prière communautaire et personnelle, l'accueil et les retraites prêchées en divers lieux. Elle comprend aujourd'hui une cinquantaine de religieux. La Congrégation est installée depuis1941 dans l'ancienne abbaye cistercienne d'Ourscamp, datant du XIe siècle, située dans l'Oise entre Noyon et Compiègne (Oise), dans le diocèse de Beauvais. En septembre 1991, elle fonde un nouveau prieuré en Alsace, à Ottmarsheim, près de Mulhouse (Haut-Rhin), puis en 1993, en Argentine dans le diocèse de Parana. Enfin, l'année 1999 voit naître la branche Féminine.Titulaire des orgues de l'Abbaye d'Ourscamp depuis 1985, ordonné prêtre en 1991, Père Vincent-Marie exerce actuellement son ministère sacerdotal au service de sa communauté religieuse, de son diocèse pour la formation des jeunes organistes et du groupe d’artistes “Magnificat” de la communauté de l’Emmanuel. Ces divers services lui donnent l’occasion d’entretenir ses dons musicaux pour une mission de louange et d'évangélisation. Il s'est déjà produit publiquement en diverses occasions en France et à l'étranger. En 1989, il réunit quelques amis pour constituer une association dont la mission est de sauvegarder et de faire connaître les orgues de l’abbaye sur lesquelles ont été enregistrés quatre cassettes audio et et cinq disques compacts au profit de la restauration et de l’entretien de cet instrument, aujourd’hui menacé par un affaissement du sol. Chaque année, une saison musicale est organisée par cette Association dans la grande chapelle de l’abbaye d’Ourscamp.

Laurent-Martin Schmit, piano

Laurent-Martin Schmit, piano

Né en 1981 d’un père lorrain et d’une mère italienne, Laurent-Martin SCHMIT grandit à Contz-les-Bains, petit village viticole de Moselle. Passionné dès son plus jeune âge par l’art, il découvre l’orgue de son village natal suite à une rencontre magique avec un facteur d’orgues. A 12 ans il se lance, au Conservatoire de Thionville, dans l’apprentissage de cet instrument. A 14 ans, il tient déjà les claviers de son premier orgue qu’il ne quittera plus – ou alors très peu. A 16 ans, il donne son premier concert. L’idée de travailler arrivant à grands pas, il s’oriente vers l’économie commerciale. Mais à 20 ans, il lâche tout et décide de se consacrer à l’art et la culture. Il suit alors un parcours complet à l’Université de Metz où il se spécialise dans l’ingénierie culturelle, la sociologie de l’art, l’histoire de l’art, l’expertise culturelle (il obtiendra alors successivement une licence d’arts du spectacle ; une maîtrise en esthétique, art et sociologie de la culture ; et un master d’expertise culturelle où il finit major de promotion. Parallèlement, sa soif de pratiquer l’art se concrétise par le passage au Conservatoire National de Région de Metz où il étudie l’orgue, la lecture à vue, l’improvisation, l’écriture, l’analyse mais également dans des master-classes d’improvisation, de piano, de clavecin. L’université et le conservatoire, lui permettent d’être nommé organiste à l’église de l’Immaculée Conception des Metz, où il tiendra les claviers de l’orgue durant près de 8 ans. Mais la musique seule ne lui suffit pas, il se forme au Fonds Régional d’Arts Contemporain, parfait ses connaissances en histoire de l’Art, s’initie à l’écriture de nouvelles et de poèmes. A 26 ans, une grave maladie manque de l’emporter, il décide alors de découvrir ce qu’est la notion d’endurance et de dépassement : la montagne l’appelle. De cette rencontre jamais il ne se détachera, et de ces paysages qu’il parcourra (France, Italie, Espagne, Autriche…) naîtra son penchant pour la photographie. Une autre rencontre, amicale cette fois, orientera sa vie artistique. Il s’allie à la soprano et flûtiste allemande Cäcilia BOYER et forme le duo « Bicinium » avec lequel il parcourt la France et l’étranger dans des concerts associant l’orgue ou le piano dans des créations originales. Ils écument les églises, cathédrales et salles de spectacles pour créer des concerts et spectacles associant des danseurs, des conteurs, des plasticiens, parce que, dit-il « l’art est un tout et il se doit d’être partagé ». Il écrira également des spectacles (« Voyage(s) », « Narcisse », joués en Bourgogne). Parce que le concert mérite plus, il travaille d’arrache-pied l’improvisation et en fait désormais sa marque de fabrique. On entend souvent dire à la fin de ses concerts « on n’a jamais entendu cet instrument comme cela ! ». Il s’associe alors avec le Père Vincent-Marie, organiste de l’Abbaye d’Ourscamp en Picardie et l’acteur Michaël Lonsdale pour produire en 2012 un double-disque d’improvisations à quatre mains sur des textes lus par le comédien. On pourra prochainement l’entendre dans un disque d’improvisations au piano (2013). L’improvisation lui permet de revenir aux racines mêmes de l’art, celui de la création ex-nihilo, primitif et sincère. C’est sans doute pour lui, ce qui alliera le plus tout l’art au cœur de l’homme. Sa passion pour la culture l’oriente naturellement vers une carrière dans ce domaine, il sera alors successivement chargé de cours à l’université, conférencier, chef de projets culturels pour de nombreuses collectivités territoriales avant d’occuper le poste qu’il tient aujourd’hui, celui de directeur des affaires culturelles. Aujourd’hui, il partage sa vie entre son métier qui le passionne, la pratique des arts (musique, photographie, écriture…) et son amour pour la montagne.

Tél; : 03.82.83.82.10, www.orguecontz.fr

Eglise Contz-les-Bains